Votre Panier

Il semble que votre panier est actuellement vide!

CONTINUER VOS ACHATS

Séoul, paradis de la cosmétique

by Louise Delmont Dancourt |

Eh oui, j'y suis enfin allé. Cela faisait plusieurs mois que j'avais projeté de m'y rendre. Et puis vous savez, le travail, et encore le travail et... du coup on oubli qu'on n'y avait même pensé.

 

Mais cette fois-ci plus moyen de faire marche arrière, j'étais conviée a  la rencontre annuelle de la French Cosmetics Fair Seoul, organisé par Business France.

Ce pays m'a toujours passionné, il est une référence pour les professionnels de la cosmétique, tant et si bien que les grandes marques Françaises y ont élu domicile comme observatrices des tendances du moment afin d'avoir une longueur d'avance sur les autres concurrents du très prisé marché de la cosmétique.

Mince, il faut refaire un passeport, le mien est périmé puisqu'il n'est valide encore que six mois et que c'est évidemment la limite imposée par les douanes Coréennes pour prétendre y séjourner.

 

Je vais donc à ma Mairie qui m'informe que je dois me rendre dans une autre Mairie située à plus de 25 km pour faire ma demande (centralisation quand tu nous tiens !).

La dite Mairie m'informe qu'il faut prendre rendez-vous car le délai minimum pour avoir un passeport est de deux mois. Comment 2 mois, non mais c'est une plaisanterie ou quoi ? Ah qu'il fait bon vivre en province. Les joies de la campagne liées aux derniers imbroglios administratifs nous montrent comment les décideurs de notre beau pays sont largués.

Bon du coup j'espère qu'il n'est pas trop tard et je mets en marche toute la machinerie administrative.

Dix jours avant mon départ j'ai pus récupérer mon fameux sésame, ouf !, j'avoue que je n'en menais pas large, de plus la secrétaire de Mairie m'a fait flipper en me racontant l'histoire d'une personne qui elle, a attendu plus de trois mois.

 

M'enfin, tout fini bien et me voilà parti. Aéroport de Barcelone avec une escale à Londres et ensuite direct sur Séoul. Le voyage a plutôt été assez confortable, quelques trous d'air au dessus des Pyrénées, quelques perturbations en s'approchant de la Rochelle, enfin, la routine quoi.

 

L'arrivé à Londres c'est fait dans les nuages, mais bonne visibilité sous une bruine londonienne. Déjà deux heures de grappillé sur les douze heures totale à effectuer.

Deux heures trente d'attente, juste le temps de sortir du terminal 1, prendre le train jusqu'au terminal 3 , passer au check-up des douanes et me voilà embarquée dans un Boeing 787 vrombissant et sifflant Colonel Bogey March en verlan.

 

La traversée c'est faite sur un coussin d'air c'est du moins ce qu'il m'en a semblé car je n'ai vu que du vol que la première heure et la dernière vers un atterrissage sur un smog laineux qui laissait surgir au loin, deci delà, les pointes des plus grandes tours de la ville Coréenne. Assez magique je l'avoue.

La suite semaine prochaine...

Bonne semaine.

Louise 

D.D.